Témoignages

Interview de Fabienne Sabban, Mjlf

 » J’ai la conviction très forte qu’il est important que toutes celles et tous ceux qui se sentent Juifs puissent être accueillis dans une grande maison.
J’ai la conviction très forte que le Judaïsme est à la fois le plaisir de se retrouver le vendredi soir à la synagogue pour chanter ensemble le Leha Dodi, mais aussi, Solidarité, Culture, Littérature, Etude des textes de la tradition, Chants, Musique, Théâtre, Cuisine, Dialogue dans la cité.
Ma porte d’entrée a été l’étude des textes de la tradition.
Je suis membre du Mjlf depuis plus de dix ans : j’y suis arrivée pour étudier l’hébreu biblique. J’ai été accueillie avec une grande bienveillance et ai progressivement fréquenté les offices, puis le cercle d’études de la paracha de la semaine, puis animé ces cercles d’études.
J’ai vite été éblouie par la qualité des drashots prononcées par nos Rabbins, Delphine Horvilleur et Yann Boissiere, leur pertinence et leur capacité à donner du sens à notre Monde en mutation. Et j’admire l’enthousiasme et le dynamisme du Rabbin Floriane Chinsky.
J’anime toujours les samedi matin le cercle d’études qui est devenu depuis Matin Torah et c’est avec un infini plaisir que j’organise avec d’autres membres de la communauté, la nuit d’études de Shavouot. Quel plaisir de voir plus de deux cents personnes venir étudier tous les ans, toute la nuit, les textes de la tradition juive !
J’ai la conviction très forte qu’il faut tendre la main, proposer des portes d’entrées multiples et variées à tous ceux qui ont en eux une étincelle juive, qui n’ont peut-être pas reçu de leurs propres parents et qui souhaitent transmettre le Judaïsme à leurs enfants.
L’avenir du Judaïsme nous appartient : nous devons poser les fondations du Judaïsme des générations qui viennent.
Par le regroupement des deux communautés ULIF et MJLF, nous allons pouvoir proposer encore plus d’activités, de portes d’entrée, que nous le faisions jusqu’à présent.

Nous allons pouvoir mieux accueillir nos membres et en accueillir de nouveaux.
Nous allons au delà de Paris, offrir aux Juifs non Parisiens, la possibilité de rejoindre notre Judaïsme.

Nous allons devenir une force auprès des pouvoirs publics pour défendre notre Judaïsme, ses valeurs d’ouverture et de dialogue.


Le regroupement ULIF MJLF est une richesse que nous allons offrir à tous les Juifs de France, ceux d’aujourd’hui et ceux de demain.« 

Témoignage d’Anne Sinclair, ULIF

Je me suis toujours sentie bien à « Copernic ». Ma famille et moi sommes des fidèles de l’ULIF depuis près d’une trentaine d’années ; mes fils y ont suivi les cours du Talmud Torah, et y ont fait leur Bar Mitzva ; Jean-François Bensahel est un président ouvert et accueillant. Je ne suis pas une fidèle très assidue, mais ce que j’ai aimé dans le judaïsme libéral est son ouverture sur le monde et sa tolérance pour que tout Juif, quelle que soit l’intensité de sa pratique religieuse ou son goût pour le débat, se sente à l’aise dans une société qui ne cesse d’évoluer. Comprendre le monde d’aujourd’hui, en reconnaître la diversité, accepter les désaccords entre juifs me paraissent des exigences pour que le Judaïsme reste vivant. C’est pourquoi, le rapprochement avec le MJLF me réjouit profondément. Le rabbin Delphine Horvilleur est une amie très chère, et Gad Weil préside avec talent cette communauté.

Je n’ai bien entendu aucune qualité ou légitimité pour me prononcer sur la charte de « Judaïsme en mouvement » des rabbins des deux synagogues, et je m’en garderai bien. Mais il me plait qu’y soient exprimées avec force les idées de minorités, du souci des défavorisés, d’égalité indépassable entre la femme et l’homme, d’éducation et d’intégration au sein du peuple français, et des valeurs morales qui précèdent les pratiques rituelles. Alors, en ces temps où l’intégrisme sous toutes ses formes tend à grignoter le monde, Chana Tova pour une fructueuse année qui fera du pôle libéral une force croissante et irrésistible du judaïsme français.


Pierre-François Veil : Il n’est jamais trop tard !

L’ULIF et le MJLF se rapprochent enfin, ce qui permet d’espérer dans un avenir désormais à portée de vue, un judaïsme libéral français fort et audible capable de porter ses valeurs au côté d’une expression plus traditionnelle incarnée par le Consistoire. A ce titre, il faut remercier Jean-François Bensahel et Gad Weil ainsi que les Conseils d’administration des deux mouvements pour le travail accompli depuis 18 mois pour avoir d’abord conçu puis élaboré ce projet et désormais faire aboutir cette ambition de construire ensemble ce Judaïsme en Mouvement.  

Jacques Lewiner

Réflexions sur la création du “Judaïsme en Mouvement“ par le rapprochement du MJLF et de l’ULIF, par Jacques Lewiner

Depuis plusieurs milliers d’années le peuple juif traverse des périodes de joie et des périodes de tristesse. Il a vécu parfois dans une certaine sérénité, souvent dans des drames et pourtant il a survécu à ces épreuves.

Comment ne pas s’interroger sur cette résilience exceptionnelle. Elle n’a pas une explication simple mais est le résultat de plusieurs facteurs.

Tout d’abord l’importance de l’étude et de la transmission. Comme c’est le cas dans le domaine scientifique, les connaissances se sont accumulées au cours des siècles et ont été transmises de génération en génération.

Ensuite la solidarité vis à vis des plus démunis a permis à chaque époque de maintenir dans la communauté des personnes qui auraient disparu ou se seraient marginalisées.

Enfin les règles de vie ont évolué pour s’adapter à l’environnement dans lequel vivaient les communautés.

Or aujourd’hui on constate en France comme en Israël un raidissement du judaïsme orthodoxe et une tendance à l’exclusion.

Il est donc important de laisser ouverte une voie qui permette de conserver dans la communauté des personnes qui ont un sentiment d’appartenance et qui adhérent aux valeurs du judaïsme mais qui ne trouvent pas leur voie dans un judaïsme très religieux.

C’est très exactement le message porté par le judaïsme libéral : un message d’ouverture qui permet d’accueillir et de mobiliser ces familles qui risqueraient de sortir complètement du judaïsme à la génération suivante.

Cette grande communauté en train de naitre avec le rapprochement du Mjlf et de l’Ulif sous le dynamique de “Judaïsme en Mouvement“, devrait permettre par le plus grand nombre de ses adhérents de donner au judaïsme libéral la place qui devrait être la sienne.

Elle aidera ainsi des familles aujourd’hui éloignées de retrouver les racines qu’elles recherchent.

Plus généralement elle donnera à chacun la possibilité de vivre pleinement son judaïsme, tout en restant fidèle aux grands principes qui l’ont fondé, mais ouvert aux autres dans un monde en évolution.