Pessah

Fête

Du Vendredi 15 Avril au Samedi 23 avril 2022

Pessa’h célèbre le moment où les Hébreux sont devenus un peuple libre. C’est l’anniversaire de la sortie d’Égypte, lorsque les enfants d’Israël ont été libérés de l’esclavage dans lequel ils avaient été réduits. En souvenir de cette sortie d’Égypte, il est de coutume de manger des matzot car le peuple en exil mangea des galettes de pain azyme. Ce pain non levé symbolise aussi la misère des esclaves. Pendant la semaine de Pessah, nous mangeons de la matza et nous arrêtons de consommer tous les éléments qui contiennent des céréales qui peuvent lever ou fermenter pour revivre cette sortie d’Égypte.

La signification de Pessah

Pessah est essentiellement une fête de la liberté et de la justice. La notion de justice pour tous est au cœur de cette fête. Il s’agit d’aider les opprimés et les persécutés à trouver la liberté. Nous nous souvenons que nous étions autrefois esclaves en Égypte et qu’il est de notre responsabilité d’aider les autres dans des situations similaires.

Pessah dans les sources juives

Dans le livre de l’Exode, les Israélites sont réduits en esclavage dans l’Égypte ancienne. Dieu apparaît à Moïse dans un buisson ardent et lui ordonne d’affronter Pharaon. Pour montrer sa puissance, Dieu inflige aux Égyptiens une série de 10 plaies, dont le point culminant est la 10e plaie, la mort des premiers-nés. Avant ce dernier fléau, Dieu ordonne à Moïse de dire aux Israélites de marquer le sang d’un agneau au-dessus de leurs portes afin qu’il passe au-dessus d’eux (c’est-à-dire qu’ils ne soient pas touchés par la mort des premiers-nés).

Appelée « fête [des] matzot » (en hébreu : חג המצות ḥag ha-matzôth) dans la Bible hébraïque, le commandement de célébrer la Pâque est inscrit dans le livre du Lévitique.

Observance de Pessah

  • Tout chametz (levain) doit être éliminé avant le début du 15 Nisan.
  • Matzah: un pain plat sans levain fabriqué uniquement à partir de farine et d’eau. La Torah contient l’instruction de manger du matzo, en particulier, le premier soir de Pessah et pendant toute la semaine de Pessah. La Torah explique que c’est parce que les Hébreux ont quitté l’Égypte avec une telle hâte qu’ils n’ont pas eu le temps de laisser lever le pain cuit ; ainsi, le pain azyme plat, le matzo, est un rappel du départ rapide de l’Exode Le matzo a également été appelé Lechem Oni (en hébreu : « pain de la pauvreté »). Selon une explication connexe, le matzo sert de symbole pour rappeler aux Juifs ce que c’est que d’être un pauvre esclave et pour promouvoir l’humilité, apprécier la liberté et éviter l’ego gonflé symbolisé par un pain au levain plus luxueux.
  • Seder: dérivé du mot hébreu signifiant « ordre » ou « arrangement », en référence à l’ordre très spécifique du rituel.  Au cours de ce repas, l’histoire de l’Exode d’Égypte est racontée à l’aide d’un texte spécial appelé la Haggadah. La Haggadah divise le déroulement de la nuit en 15 parties:

Kadeish: récitation de la bénédiction du Kiddouch et consommation de la première coupe de vin.
Urchatz: le lavage des mains – sans bénédiction.
Karpas: trempage des karpas dans l’eau salée.
Yachatz: briser le matzo du milieu ; le plus gros morceau devient l’afikoman qui sera mangé plus tard lors du rituel de Tzafun.
Maggid: raconter l’histoire de la Pâque, y compris la récitation des « quatre questions » et la consommation de la deuxième coupe de vin.
Rachtzah: deuxième lavage des mains – avec bénédiction.
Motzi: bénédiction traditionnelle avant de manger des produits panifiés.
Matzo: bénédiction avant de manger du matzo.
Maror: manger le maror.
Koreich: manger un sandwich composé de matzo et de maror.
Shulchan oreich: « mettre la table » – le service du repas de fête.
Tsafūn: manger l’afikoman.
Barēkh: bénédiction après le repas et consommation de la troisième coupe de vin.
Hallel: récitation du Hallel, traditionnellement récité lors des fêtes ; boire la quatrième coupe de vin.
Nirtzah: conclusion.