Culte Se cultiver et approfondir

Les Fondamentaux

Vous avez tout oublié ? Vous n’osez plus poser certaines questions parce qu’elles vous semblent trop simples ? Vous voulez ressourcer vos connaissances, partielles, sur un sujet ? La série de cours «Les Fondamentaux» est faite pour vous. A l’origine, il s’agit du traditionnel «Cours d’introduction au judaïsme» destiné aux personnes qui entreprennent un processus de conversion ou de confirmation au judaïsme.

Mais comme sur plus de 18 mois, ce cursus traite en une cinquantaine de conférences toutes les grandes bases du judaïsme, nombreux sont celles et ceux qui, sans être aucunement dans une démarche de statut de judéité, viennent suivre ces conférences pour l’intérêt des sujets (au coup par coup, ou régulièrement). Vous êtes invités à faire de même !

Intervenant(es)

Après avoir suivi des études de civilisation anglo-américaine et linguistique aux universités de Paris III et Dijon, puis de réalisation au Conservatoire du Cinéma français à Paris, Yann Boissière dirige le Talmud-Torah du MJLF de...

Information(s) additionnelle(s)

Thématique du cours du 13/04 : Faut-il croire en quelque chose pour être  juif ?

Mi yehudi ? « Qui est juif ? ». Cette fameuse question, posée à cinquante personnalités en 1970 avant d’amender la Loi du retour en Israël, a été la source (ou la continuité) de bien des débats indécidables. Elle en appelle immédiatement une autre : « Au fait, qu’est-ce qu’être juif ? »

Être juif, cela implique-il de croire à quelque chose ? Que veut dire « croire », d’ailleurs ? Adhérer à des « dogmes » ? Pour le judaïsme, certainement pas – « pas  le style de la maison », tout simplement –, mais à minima, croire à des contenus intellectuels, ou spirituels ? Maïmonide a sans doute tenté de synthétiser la tradition en ces termes à travers ses « treize principes de foi », même si cette expression, pour être comprise, doit être replacée dans sa tentative de reformuler le judaïsme en général. Joseph Albo, Hasdaï Crescas, tous les grands rabbins / penseurs se sont confrontés à cette question en triangle : celle du lien entre « être juif », le judaïsme, et « croire ». La modernité y a apporté sa touche de complexité supplémentaire, en y insérant un quatrième terme : la judéité.

A l’heure où l’identité s’impose comme un débat majeur dans nos sociétés, un voyage à travers nos sources nous fera poser quelques questions fondamentales : la croyance est-elle déterminante pour l’identité ? Si l’on pense que non, peut-on pour autant affirmer qu’elle en entièrement détachée ? Sans  parler de la « question des questions » : une question a-t-elle nécessairement besoin d’être « répondue » ?…